#chronique: Aristote et Dante découvrent les Secrets de l’Univers de Benjamin Alire Sáenz

img_0970

Titre: Aristote et Dante découvrent les Secrets de l’Univers

Auteur: Benjamin Alire Sáenz

Edition: Pocket Jeunesse

Lecture: en VF

Pages: 368

— RÉSUMÉ

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant, ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

— NOTE: 4,25/5

— CITATIONS

“Words were different when they lived inside of you.” — Benjamin Alire Sáenz

“The summer sun was not meant for boys like me. Boys like me belonged to the rain.” — Benjamin Alire Sáenz

“Maybe we just lived between hurting and healing.” — Benjamin Alire Sáenz

“We all fight our own private wars.” — Benjamin Alire Sáenz

“I hated being volunteered. The problem with my life was that it was someone else’s idea.” — Benjamin Alire Sáenz

“I wondered what that was like, to hold someone’s hand. I bet you could sometimes find all of the mysteries of the universe in someone’s hand.” — Benjamin Alire Sáenz

— AVIS

Douce, poignante, réelle et poétique: voilà comment je décrirais cette magnifique lecture qu’a été « Aristote et Dante découvrent les Secrets de l’Univers. »

Pour ne pas vous mentir, ce roman n’est pas un roman comme les autres. En commençant à lire les premières pages, je dois même avouer que j’ai eu un peu peur. L’auteur a un style très particulier: chapitres et phrases courtes, dialogues à rallonge,… Sa plume casse les codes classiques de l’écriture et cela peut avoir un côté déroutant lorsqu’on ne s’y attend pas. Donc oui, j’ai été un peu surprise au début de ma lecture mais, très vite, je me suis laissée entrainer par ce style différent tout simplement parce que je l’ai trouvé incroyablement beau, riche et poétique. Bien que spéciale, la façon d’écrire de Benjamin Alire Sáenz m’a profondément touchée et chamboulée. Je l’ai trouvée d’une justesse époustouflante et au niveau des émotions, tout était là. Chapeau, l’artiste.

Je n’ai pas envie de vous en dire trop car il faut absolument que vous découvriez cette histoire par vous-même et pour vous-même, du coup je vais tenter d’aller à l’essentiel sans vous spoiler quoi que ce soit. Dans ce roman, nous suivons Aristote, jeune adolescent de quinze ans que l’on découvre rapidement très en colère et solitaire. Il vit dans une famille aimante mais taiseuse, dans laquelle il n’est pas évident de s’exprimer alors qu’à cet âge de transition constante, on en aurait bien besoin. C’est alors qu’Aristote rencontre Dante, en tout point son opposé (grand bavard, optimiste, vivant dans une famille tout aussi aimante mais bien plus dynamique) à ceci près qu’il a quinze ans lui aussi et que l’adolescence, eh bien, ce n’est drôle pour personne. Une grande amitié s’installe immédiatement entre les deux garçons mais la frontière entre amitié et amour est ténue, surtout quand on commence tout juste à se construire une identité. Parce qu’à quinze ans, comment savoir qui l’on est et ce que l’on veut?

Ce livre m’a probablement bousculée à ce point justement parce qu’il aborde des thématiques qui m’ont particulièrement touchée à une époque. Une adolescence compliquée, la recherche d’identité, la colère, la solitude, les questions sur l’orientation sexuelle, les relations difficiles au sein d’une famille,… « Aristote et Dante découvrent les Secrets de l’Univers » nous peint, avec profondeur et réalisme, les états d’âme et les sentiments qui jaillissent chez les jeunes à l’adolescence. Je pense que j’aurais adoré lire ce roman lorsque j’étais une ado déprimée en pleine crise existentielle mais plus encore, je crois que j’aurais adoré que mes parents puissent le lire à ce moment-là également. Et je pense d’ailleurs que c’est là que se tient la véritable force de ce récit: il parlera autant aux ados qu’à leurs parents.

En conclusion, et même si je l’ai trouvé un peu trop court et que je regrette une fin un peu plus approfondie, il s’agit d’une magnifique lecture que je vous recommande absolument. Que vous ayez quatorze, vingt, trente-cinq ou cinquante ans, ce roman vous convaincra d’une façon ou d’une autre et vous fera grandir à sa manière. L’auteur a réussi à y mêler poésie et réalisme, moments durs et moments tendres, tout ça d’une main de maître et je le remercie d’être parvenu à mettre en mots ce que tant de jeunes — et ici plus particulièrement de jeunes garçons — ont souvent du mal à formuler. J’ai découvert quelques secrets de l’Univers pendant ma lecture et ça, je suis loin de l’oublier…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s