#chronique: Wildcard de Marie Lu

img_8366

 

 

Titre: Wildcard

Auteure:  Marie Lu

Edition: Penguin Books

Lecture:  VO

Pages: 343

 

 

Chronique du tome 1: Warcross de Marie Lu

— RÉSUMÉ

Emika Chen barely made it out of the Warcross Championships alive. Now that she knows the truth behind Hideo’s new NeuroLink algorithm, she can no longer trust the one person she’s always looked up to, who she once thought was on her side.

Determined to put a stop to Hideo’s grim plans, Emika and the Phoenix Riders band together, only to find a new threat lurking on the neon-lit streets of Tokyo. Someone’s put a bounty on Emika’s head, and her sole chance for survival lies with Zero and the Blackcoats, his ruthless crew. But Emika soon learns that Zero isn’t all that he seems–and his protection comes at a price.

Caught in a web of betrayal, with the future of free will at risk, just how far will Emika go to take down the man she loves?

— NOTE: 5/5

— CITATIONS

“Tearing something down isn’t the end; doing something great, or better, something right, is.” — Marie Lu

“Am I ever going to see you again? » Hideo asks him. In his voice is his lost self, the boy who grew up with a silver streak of grief in his hair. And that’s when I realize that, at the end, we’d all wish for the same thing.

Just a little more time.” — Marie Lu

“I promise I’ll miss you forever,’ I whisper. ‘I promise I’ll miss you forever,’ he echoes.” — Marie Lu

“ You told me you never wanted to see me again. » I manage to say.

His voice is low and raw. « Because every time I see you, it takes everything in me to turn away.” — Marie Lu

— AVIS

Je n’ai pas encore vraiment les mots pour parvenir à vous décrire à quel point j’ai aimé Wildcard. Je ne suis même pas certaine de les avoir un jour. Mais ce que je peux dire en tout cas, c’est que Marie Lu a de nouveau réussi à créer une série qui a su se faire une place éternelle dans mon coeur. Warcross était incroyable. Wildcard est un chef d’oeuvre. Je l’ai refermé le coeur lourd mais comblé. Il était tout ce que je voulais qu’il soit et même plus encore.

La fin du premier tome nous laissait avec un nombre incroyable de questions sans réponses et je dois avouer que j’ai tout de suite craint le pire lorsqu’il a été annoncé que la série ne serait qu’une duologie. J’avais peur qu’un seul roman à la suite de Warcross ne soit pas suffisant pour répondre à tous les questionnements restés en suspens à la fin de celui-ci. Mais c’était bien mal connaitre Marie Lu. Avec le recul, je pense d’ailleurs qu’elle a fait un excellent choix en refusant de laisser trainer les choses en longueur et en condensant le reste de son intrigue en un seul tome. Wildcard était tout simplement addictif, enchainant rebondissements après rebondissements, cliffhanger après cliffhanger. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant durant ma lecture et je l’ai dévoré en deux jours à peine. Sans parler que j’ai obtenu absolument toutes les informations que j’espérais obtenir. Quand je vous disais qu’il était parfait!

J’étais particulièrement impatiente de retrouver l’univers installé dans Warcross et je n’ai de nouveau pas été déçue. Les matchs de Warcross sont un peu moins présents dans Wildcard et j’ai vu plusieurs avis de lecteurs disant que ça les avait dérangé. Personnellement ça n’a pas été le cas pour moi. Certes l’aspect jeu et compétition était bien moins présent dans ce tome (quoi que pas absent pour autant) mais l’accès au DarkWorld et le NeuroLink étaient encore bien là. J’ai aimé Warcross pour son côté lumineux et divertissant. J’ai aimé Wildcard pour son côté plus sombre et psychologique. Les deux se complètent parfaitement selon moi!

J’ai eu le même sentiment pour les personnages. J’avais plus que hâte de retrouver Emika et Hideo, ainsi que toute la bande des Phoenix Riders et bien entendu Zero, le tout grand mystère de Warcross. Marie Lu a su développer chacun d’entre eux comme je l’attendais, nous donnant informations et détails sur leur passé respectif avec parcimonie. J’ai particulièrement aimé la façon dont l’auteur a mis l’accent sur les traits d’Hideo et de Zero, les rendant tantôt atrocement vilains tantôt atrocement humains. C’est peut-être l’une des choses que j’admire le plus chez Lu et qui fait un peu sa marque de fabrique. Elle a une façon bien à elle de concevoir la psychologie de ses personnages, ne les rendant jamais ni tout blanc ni tout noir. Ses méchants sont plus complexes que des simples méchants et ses héros sont plus sombres et plus torturés que ce qu’ils montrent à la surface. Je me suis accrochée à chacun des protagonistes de cette histoire et ils sont parvenus à me toucher profondément tous à leur manière. J’ai ri et j’ai pleuré avec eux. Beaucoup pleuré même. Parce que leurs émotions étaient belles, brutes et authentiques. Et sincèrement, tous ces zigotos me manquent déjà beaucoup trop.

En bref, Wildcard est une suite plus qu’à la hauteur de son prédécesseur. Il est brillant, touchant et bouleversant. J’en ai aimé chaque mot. On y retrouve tous les ingrédients qui ont fait de Warcross un YA sci-fi ultra prenant et palpitant sans compter qu’il répondra à toutes les questions que vous vous posiez encore concernant l’intrigue et les personnages installés dans le premier tome. Wildcard nous donne de plus une magnifique leçon sur le bien et le mal qui ne sont pas toujours aussi contrastés qu’on le croit. Surtout quand il est question de se battre pour ceux qu’on aime…

3 réflexions sur “#chronique: Wildcard de Marie Lu

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s