#chronique: Red Rising de Pierce Brown

img_0402

 

Titre: Red Rising

Auteur: Pierce Brown

Edition: Hachette Romans

Lecture: en VF

Pages: 476

 

— RÉSUMÉ

« J’aurais pu vivre en paix. Mes ennemis m’ont jeté dans la guerre. »

Darrow n’est pas un héros. Tout ce qu’il souhaite, c’est vivre heureux avec l’amour de sa vie. Mais les Ors, les dirigeants de la Société, en ont décidé autrement. Ils lui ont tout enlevé : sa raison de vivre, ses certitudes, jusqu’à son reflet dans le miroir.
Darrow n’a plus d’autre choix que de devenir comme ceux qui l’écrasent. Pour mieux les détruire. Il va être accepté au légendaire Institut, y être formé avec l’élite des Ors, dans un terrain d’entraînement grandeur nature.

Sauf que même ce paradis est un champ de bataille. Un champ de bataille où règnent deux règles : tuer ou être tué, dominer ou être dominé.

— NOTE: 3,75/5

— CITATIONS

“You do not follow me because I am the strongest. Pax is. You do not follow me because I am the brightest. Mustang is. You follow me because you do not know where you are going. I do.” — Pierce Brown

“I would have lived in peace. But my enemies brought me war.” — Pierce Brown

“Man cannot be freed by the same injustice that enslaved it.” — Pierce Brown

“The measure of a man is what he does when he has power.” — Pierce Brown

“Funny thing, watching gods realize they’ve been mortal all along.” — Pierce Brown

“Love and war are two different battlefields.” — Pierce Brown

“I am the Reaper and death is my shadow.” — Pierce Brown

“I live for the dream that my children will be born free. That they will be what they like. That they will own the land their father gave them.’
‘I live for you,’ I say sadly.
She kisses my cheek. ‘Then you must live for more.” — Pierce Brown

“She is something new, something hopeful. Like spring to my deep winter.” — Pierce Brown

“Break the chains, my love.” — Pierce Brown

— AVIS

JE SUIS MITIGÉE

Voilà, c’est dit.

J’ai passé une heure rien qu’à me décider sur ma note, vous imaginez donc facilement mon état.

Red Rising était bien. Vraiment, vraiment bien. Á vrai dire, je l’ai même adoré. Mais certains petits points et détails sont quand même venus déranger ma lecture et me titiller, d’où mes sentiments partagés à présent. Peut-être qu’en laissant le tout reposer jusqu’à ma lecture du second tome, j’aurai un nouvel avis à vous proposer. Mais pour l’instant, voilà ce que j’en ai pensé.

L’intrigue et l’univers sont incroyables. C’est indéniable. Alors oui, on peut ne pas aimer les dystopies ou la science-fiction, surtout quand elles sont aussi brutales, crues et vicieuses, mais le monde créé par Pierce Brown est vraiment incroyable et sa plume absolument addictive. Dans ce premier tome, nous n’en découvrons encore que très peu sur la Société et son système de castes par Couleur — on a un rapide aperçu de la vie des Rouges, de quelques Roses et Violets avant d’être directement plongés dans la formation des Auréats Or — mais c’est déjà suffisamment alléchant pour nous donner envie d’en découvrir plus. Du coup, j’espère vraiment que la suite me permettra d’en apprendre davantage!

Pour ce qui est de l’intrigue, comme dit au-dessus, elle était dingue. Passés les premiers chapitres un peu introductifs (et il n’y en a que très peu vous pouvez me croire), je n’ai pratiquement plus pu poser mon livre. Les rebondissements sont nombreux et l’action, bien que brutale et sanglante par moment, est juste super haletante et prenante. J’ai toujours adoré les trames complexes où les stratégies, complots et manipulations sont de mises et là, j’ai été gâtée! L’auteur est parvenu à me surprendre à plusieurs reprises et j’ai aimé me perdre dans les suppositions à chaque nouveau chapitre!

Concernant les personnages, c’est maintenant que ça se corse un peu. J’ai vraiment apprécié Darrow et son évolution au fil des pages. Il change énormément au cours du roman et on le ressent bien, à la fois à travers ses émotions et ses pensées. J’ai juste eu un peu de mal avec son côté sur-homme invincible ET dramaqueen (je vous jure, il se lamente souvent). Mais bref, passe encore, dans ma tête il est très mignon donc je lui pardonne sa passion et rage dévorantes. J’ai également beaucoup aimé certains personnages secondaires (certains oui parce que d’autres étaient pire que détestables hum) même si j’ai regretté un gros manque d’approfondissement de ce côté-là. Mais à nouveau, j’espère en apprendre davantage sur Sevro, Mustang, Roque,… dans les prochains tomes!

Mais parlons maintenant de ce qui m’a vraiment dérangée. Pris séparément, ce n’est pas grand chose et d’ailleurs ces détails ne m’embêtaient pas vraiment au début de ma lecture. Sauf qu’à force de répétitions et le tout mis bout à bout, certaines choses ont commencé à me sauter aux yeux et j’ai réalisé que c’était quand même un peu problématique. Du coup, voilà le problème: le discours de l’auteur est vachement, VACHEMENT, stéréotypé. Le traitement des femmes dans le roman est très limite (violence sexuelle, misogynie et j’en passe) et c’est souligné par un vocabulaire ultra genré et péjoratif du style: « Bats-toi comme un homme », « Tu chiales comme une fille », « Nymphette », « Tapette »,… Sans parler des paroles crues et bien entendu orientées sexuellement qu’apparemment tout homme qui se respecte se doit d’avoir envers sa bande de potes ou n’importe quelle fille passant à proximité (je vous laisse deviner de quoi il s’agit mais ça relève généralement d’attributs prenant place en dessous de la ceinture) *sigh*

Alors non, ce n’est pas le style cru et parfois grossier de l’auteur qui me gêne vraiment: j’ai déjà lu pire à ce niveau. Et oui, l’auteur est un homme d’où le côté peut-être plus brutal et direct de son écriture (chose à laquelle je suis moins habituée vu que je lis plus fréquemment des romans écrits par des femmes) qui a écrit une dystopie dépeignant une société assez horrible, mais comme me l’a bien fait remarquer ma copine Api avec qui j’ai lu en LC ce roman, rien ne justifie vraiment l’usage d’un tel vocabulaire ou bien le traitement réservé aux personnages féminins dans Red Rising, toute dystopie que ce soit. Le côté: je suis une femme donc je suis douce, intelligente et aimante (et je parle même des personnages féminins présumément badass qui étaient toujours plus réfléchies et raisonnables que guerrières), opposé au: je suis un homme donc une grosse brute emplie de rage bonne pour la guerre et pour tuer tout ce qui bouge, comment vous dire mais… euh… non. On est au 21ème siècle les gars, y a des jeunes qui vous lisent, alors arrêtez avec les stéréotypes, merde!

Vous savez tout maintenant et vous l’aurez compris, pour moi ce roman aurait vraiment pu être parfait sans les derniers points évoqués. C’est pour ça que je maintiens ce que j’ai dit plus haut: j’ai vraiment très envie de lire la suite et ces petits bémols ne m’en empêcheront pas, surtout que maintenant que l’entrainement des Or (c’était des ados rappelons-le) à l’Institut est terminé, je garde bon espoir que les choses que j’ai pointé ici s’améliorent un peu! Dans le cas contraire, je me ferai un plaisir de pousser une nouvelle gueulante mais comme c’est parti, je risque quand même d’apprécier la torture. Quand je vous dis que je suis mitigée!

En bref, si vous aimez les dystopies, il y a peu de raisons que celle-ci ne vous plaise pas! Je dirais qu’elle vise tout de même un public un peu plus mature et je ne suis pas certaine que je la recommanderais à des ados de 13-14 ans par exemple, mais l’univers en vaut vraiment le détour et la suite s’annonce vraiment prometteuse.

Rendez-vous au prochain épisode donc!

5 réflexions sur “#chronique: Red Rising de Pierce Brown

  1. muffinsandbooks dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, et c’est vrai que je n’avais pas vu les choses comme ça … Moi j’étais juste contente de voir que des personnages féminins pouvaient être badass aussi (cc Mustang) mais avec le recul, je réalise que tu as raison et qu’elles sont plus raisonnées que guerrières, comme tu le dis bien … Malgré ça, je suis contente que tu ai aimé cette saga que j’aime telleeeeement 😮 ❤

    Aimé par 1 personne

  2. Mariame dit :

    J’ai lu ton avis avec intérêt comme il diverge un peu de la norme ça fait un bout de temps que j’ai lu Red Rising mais le traitement des personnages féminins ne m’avait pas choquée ou étonnée il me semblait caler avec l’univers mais du coup tu viens de me donner envie de faire une relecture ^^

    Aimé par 1 personne

    • myheadfullofwords dit :

      C’est ce que je me suis dit au début aussi, que ça calait avec l’univers! Et puis je me suis quand même dit que rien ne justifiait ce traitement ou le vocabulaire utilisé 😕 si tu le relis, n’hésite pas à me donner ton avis 😊

      J'aime

Répondre à myheadfullofwords Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s