#chronique: A Curse so Dark and Lonely de Brigid Kemmerer

img_3225

 

Titre: A Curse so Dark and Lonely

Auteure: Brigid Kemmerer

Edition: Bloomsbury

Lecture: en VO

Pages: 477

 

— RÉSUMÉ

Fall in love, break the curse.

It once seemed so easy to Prince Rhen, the heir to Emberfall. Cursed by a powerful enchantress to repeat the autumn of his eighteenth year over and over, he knew he could be saved if a girl fell for him. But that was before he learned that at the end of each autumn, he would turn into a vicious beast hell-bent on destruction. That was before he destroyed his castle, his family, and every last shred of hope.

Nothing has ever been easy for Harper Lacy. With her father long gone, her mother dying, and her brother barely holding their family together while constantly underestimating her because of her cerebral palsy, she learned to be tough enough to survive. But when she tries to save someone else on the streets of Washington, DC, she’s instead somehow sucked into Rhen’s cursed world.

— NOTE: 5/5

— CITATIONS

“I am always surprised to discover that when the world seems darkest, there exists the greatest opportunity for light.” — Brigid Kemmerer

“Rhen,” she calls after me.
I pause in the doorway and face her.
“I’m not going to fall in love with you,” she says.
Her words are not a surprise. I sigh.
“You won’t be the first.” — Brigid Kemmerer

“It is possible to be strong and yielding at the same time.” — Brigid Kemmerer

“Failure isn’t absolute, just because you couldn’t save everyone doesn’t mean you didn’t save anyone.” — Brigid Kemmerer

“It is not the moment of passing that is most important. It is all the moments that come before.” — Brigid Kemmerer

— AVIS

Pincez-moi mais qu’est-ce que je viens de liiiiiire?

Je viens à peine de refermer ce roman et je n’ai déjà qu’une seule envie, le relire et le relire à l’infini! A Curse so Dark and Lonely est une des meilleurs réécritures de contes de fée que j’ai pu lire jusqu’à présent et de loin! La dernière fois que j’ai eu un aussi gros coup de coeur pour une retelling, c’était pour To Kill a Kingdom d’Alexandra Christo et pour les Chroniques Lunaires of couuurse. En bref, cette version de la Belle et la Bête était absolument DINGUE.

Á chaque fois que je me lance dans un roman s’inspirant d’une histoire connue de base, ma première crainte est que l’intrigue soit trop semblable au conte originel. J’aime les contes de fée et les retelling bien entendu, mais je ne lis pas une réécriture pour retomber pile poil sur la même intrigue simplement modernisée. Et c’est probablement pour cette raison que j’ai autant aimé ASDAL! J’ai vraiment eu l’impression de redécouvrir le conte en profondeur comme si je le lisais en fait pour la première fois. Un vrai bonheur!

Je ne connaissais pas du tout la plume de l’autrice mais force est de constater que j’y ai adhéré très rapidement. Je l’ai trouvée fluide, rafraichissante et efficace, en plus d’être magnifique et émouvante. J’ai également beaucoup aimé la façon dont elle a ajouté de la représentation à son récit et aussi comment elle y a abordé certains thèmes. Sa notion de l’amour était très juste et réaliste (bien plus que dans la plupart des romances d’ailleurs) et elle ne s’est pas contentée de parler d’amour sentimental puisque ce roman parle aussi d’amour fraternel, d’amour propre, d’appartenance, de famille, de deuil et de loyauté. Toutes les descriptions et le développement des relations entre les personnages étaient à mon sens d’une authenticité implacable. Et c’est suffisamment rare pour être souligné!

Bon et tant qu’à parler des personnages, allons-y franchement. J’ai eu un coup de foudre instantané pour Harper qui est probablement l’une des héroïnes les plus badass qu’il m’ait été donné de rencontrer! Elle est téméraire, franche et généreuse et son impulsivité rend tout simplement l’intrigue hyper haletante! Rhen, de son côté, m’a plu d’une toute autre manière. J’ai craqué pour la fragilité qu’il cache derrière ses grands airs et surtout pour son dévouement infini. Et puis, bah les deux ensemble n’en parlons même pas. Ils sont si parfaits l’un avec l’autre que mon coeur n’a pas résisté une seconde!

J’ai par contre un peu moins accroché à Grey, le troisième intervenant dans cette histoire. Je pense que les prochains tomes m’aideront à y voir plus clair le concernant mais ici, il était très secret et distant et puis comme je craignais un triangle amoureux, j’ai eu un peu de mal à m’y attacher. Mais vu la fin, je suis à peu près certaine que mon opinion sur lui changera fortement par la suite! En bref, j’ai hâte parce qu’il est quand même trop chou ce petit Grey héhé…

Je résume le tout? ASDAL est une fantasy absolument superbe, à l’univers bien plus sombre que le conte de base (du sang, de la rate et des boyaux maaaah) mais que j’ai trouvé très bien construit et plus original que ce à quoi je m’attendais. L’intrigue est super prenante et bien qu’elle suive évidemment dans les grandes lignes l’histoire originelle de la Belle et la Bête, j’ai été surprise à de nombreuses reprises par plusieurs rebondissements que je n’avais clairement pas vu venir. Les émotions sont au rendez-vous et les personnages ont une psychologie d’une justesse bouleversante.

Vous l’aurez compris, j’ai tout simplement A.D.O.R.É et je le recommande sans hésiter! Plus qu’à patienter pour la suite maintenant…

 

 

 

 

Une réflexion sur “#chronique: A Curse so Dark and Lonely de Brigid Kemmerer

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s