#chronique: The Rose and The Dagger de Renée Ahdieh

img_4547

 

 

Titre: The Rose and The Dagger

Auteure: Renée Ahdieh

Edition: Hodder Paperbacks

Lecture: en VO

Pages: 416

 

— RÉSUMÉ

In a land on the brink of war, Shahrzad is forced from the arms of her beloved husband, the Caliph of Khorasan. She once thought Khalid a monster—a merciless killer of wives, responsible for immeasurable heartache and pain—but as she unraveled his secrets, she found instead an extraordinary man and a love she could not deny. Still, a curse threatens to keep Shazi and Khalid apart forever.

Now she’s reunited with her family, who have found refuge in the desert, where a deadly force is gathering against Khalid—a force set on destroying his empire and commanded by Shazi’s spurned childhood sweetheart. Trapped between loyalties to those she loves, the only thing Shazi can do is act. Using the burgeoning magic within her as a guide, she strikes out on her own to end both this terrible curse and the brewing war once and for all. But to do it, she must evade enemies of her own to stay alive.

The saga that began with The Wrath and the Dawn takes its final turn as Shahrzad risks everything to find her way back to her one true love again.

— NOTE: 4,5/5

— CITATIONS

“It was because they were two parts of a whole. He did not belong to her. And she did not belong to him. It was never about belonging to someone. It was about belonging together.” — Renée Ahdieh

“From the stars, to the stars.” — Renée Ahdieh

“It does not take courage to kill. It takes courage to live.” — Renée Ahdieh

“Cut the strings, Shazi. Fly.” — Renée Ahdieh

“As always. As ever. As a rose to the sun.” — Renée Ahdieh

“In the end, there is only time for love.” — Renée Ahdieh

“When I was in the desert, I woke each day and carried on with my life, but it wasn’t living; it was merely existing. I want to live. You are where I live.” — Renée Ahdieh

— AVIS

OMG, qu’est-ce que j’ai aimé cette duologie!

En refermant la dernière page de TRATD, c’est la première chose qui m’est venu à l’esprit. J’ai vraiment, vraiment, adoré cette saga. J’ai d’ailleurs le coeur un peu gros depuis la fin de ma lecture et c’est le genre de choses qui ne m’arrive que lorsque je dois dire au revoir à un univers et à des personnages qui m’ont particulièrement plu! Snif…

Alors non, The Rose and The Dagger n’a pas été un coup de coeur comme The Wrath and The Dawn mais j’ai malgré tout passé un excellent moment de lecture. Ce second tome prend place directement après la fin du premier et je me suis replongée avec plaisir dans cette atmosphère d’anciens contes mêlant magie, palais dans le désert et tapis volant. Pour tout vous dire, je crois même que cette saga est parvenue à me réconcilier avec le sable et la chaleur que je déteste par dessus tout « in real life ». Mais pour Khalid, je suis prête à tout huhu.

Je refuse de vous spoiler donc je resterai assez courte et brève au sujet de l’intrigue mais je tenais juste à dire qu’à nouveau, j’étais entrée très rapidement dans l’histoire et que la plume de Renée Ahdieh était toujours aussi prenante et poétique! Il y a encore beaucoup de rebondissements et de surprises dans ce tome, et même si j’ai été dérangée par une petite longueur ou deux,  globalement cette suite est toute aussi addictive et toute aussi bien construite que dans le tome précédent. Je vous avoue avoir versé des larmes à plusieurs reprises et j’ai d’ailleurs trouvé l’émotion encore plus présente et intense dans TRATD que dans TWATD, ce qui n’était pas pour me déplaire! La fin que l’autrice offre à ses personnages est belle et s’inscrit correctement dans tout ce qu’elle a amené comme développement jusque là. Bien entendu, j’en aurais voulu encore plus et je reste avec un petit goût de trop peu mais je pense que cela tient plus à mon amour pour cette duologie qu’à un manque réel dans la narration.

Bon et est-ce que je dois vraiment vous parler des personnages? On en découvre de nouveau dans ce second tome en plus d’approfondir ceux déjà présent dans The Wrath and The Dawn. J’ai particulièrement aimé en apprendre davantage sur Irsa, la soeur de Shahrzad, et Artan (nouveau perso génial que je vous laisse aller découvrir par vous-même)! Et puis bah forcément, j’ai été plus que comblée de retrouver mes deux bébés d’amour: Shazi et Khalid. J’ai trouvé Shazi encore plus badass dans ce second tome mais également plus inconsciente et parfois un peu trop égocentrée même si elle a une belle prise de conscience à la fin. Elle reste néanmoins une héroïne féminine que j’apprécie énormément et encore mieux, qui m’inspire beaucoup. Et quand à Khalid… Que vous dire à part qu’il s’est fait une jolie petite place dans ma liste de bookboyfriends préférés. Il est tout simplement parfait dans son imperfection (ouais vous voyez à quel point j’ai perdu la tête sorry not sorry) et je suis juste tombée absolument amoureuse de la façon dont il aime Shazi. Ces deux-là sont vraiment un OTP de folie. Ils me manquent déjà atrocement d’ailleurs…

En bref, si ma chronique du tome 1 ne vous avait pas déjà convaincus, j’espère que celle-ci le fera. Lisez cette duologie, vraiment, sincèrement, elle est splendide (bon faut aimer la fantasy et la romance of course) et surtout elle vous fera passer par un nombre d’émotions incalculables. Personnellement, je lui dis au revoir avec le coeur gros mais je sais déjà que ce n’est pas un adieu. Khalid et Shazi, promis, on se reverra un jour! :*

Une réflexion sur “#chronique: The Rose and The Dagger de Renée Ahdieh

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s