#chronique: The Last Namsara de Kristen Ciccarelli

img_6125

 

Titre: The Last Namsara

Autrice: Kristen Ciccarelli

Edition: Gollancz/Gallimard Jeunesse

Lecture: en VO

Pages: 416

 

— RÉSUMÉ

Au royaume de Firgaard, les légendes sont interdites: elles sont dangereuses. Pourtant, le sort d’Asha, princesse solitaire, leur semble étroitement lié. Asha est une tueuse de dragons crainte par tout son peuple: elle est Iskari.

Farouche, vulnérable, Asha trace sa route au cœur d’un univers dur et merveilleux. Intrigues politiques, suspense, passion, puissante mythologie et un soupçon d’humour: entre «Game of Thrones» et les contes des «Mille et Une Nuits», une saga de Fantasy aussi originale que captivante.

— NOTE: 4,25/5

— CITATIONS

“Iskari let others define her because she thought she didn’t have a choice. Because she thought she was alone and unloved.” — Kristen Ciccarelli

“You could die, » she whispered. « Everything dies, » he whispered back. « I’m afraid of so much more than dying.” — Kristen Ciccarelli

“Then may Death send his worst. Cold to freeze the love in my heart. Fire to burn my memories to ash. Wind to force me through the gates. Time to wear my loyalty away. I’ll wait for you at Death’s gate.” — Kristen Ciccarelli

“Maybe Greta was right. Maybe everyone did have a song in them— or a story. One all their own. If that were so, Asha had found hers. And here she stood at the beginning of it.” — Kristen Ciccarelli

— AVIS

Cela faisait un moment que ce roman trainait dans ma PAL et sachez que je suis plus que ravie de l’en avoir sorti! Non seulement cela m’a permis de rencontrer Kristen Ciccarelli en toute connaissance de cause mais j’ai également passé un super moment de lecture. En même temps, il en aurait fallu beaucoup pour me décevoir. Une fantasy avec des dragons? J’étais convaincue avant même de me lancer!


Ce que j’ai adoré:

  • L’univers! Complexe, construit, prenant, l’autrice a vraiment su créer un monde détaillé avec une force et une mythologie qui lui sont propres. J’ai eu l’impression de me retrouver dans un mélange de « How to train your dragon », « GoT », « The Curse », « Sky in the Deep » et même si certaines descriptions manquaient parfois un peu de précision, j’ai globalement méga adhéré au concept! Et puis, il y avait des dragons, les gars. Les dragons, c’est la vie sérieux!
  • Les personnages! Je suis totalement tombée sous le charme d’Asha, badass à souhait, dans laquelle je me suis beaucoup retrouvée. J’ai aussi beaucoup aimé Torwin (of course) même si j’aurais voulu qu’il soit un peu plus présent par moment ainsi que les personnages principaux (surtout Safire et Roa) dont j’ai apprécié suivre le développement. J’aurais apprécié un peu plus de profondeur au niveau de leurs émotions par contre, mais dans l’ensemble ce petit gang de rebelles m’a fait passer un chouette moment.
  • L’intrigue! Rebondissement, sur rebondissement, sur rebondissement! Le moins que l’on puisse dire c’est que je ne me suis pas ennuyée un seul instant dans ce roman et bien que certains plot-twist aient été un peu trop prévisibles, le récit ne possède que très peu de temps mort et cela rend la lecture particulièrement haletante et addictive.
  • La romance hihi! Oui je suis fleur bleue, et oui j’aime les histoires d’amour même en fantasy, et j’ai trouvé celle-ci particulièrement bien dosée, très loin de l’instalove, ce que je trouve important de souligner. C’était beau et particulièrement touchant sans être trop et c’est typiquement le genre de romance qui me fait fondre et chialer comme une madeleine voilà.
  • La couverture! Oui bah une couv de cette beauté ça mérite qu’on la cite non?

Les petits bémols:

  • La temporalité. J’ai parfois eu un peu de mal entre certains chapitres parce que je trouvais qu’on passait rapidement du coq à l’âne et que l’action se déroulait par conséquent très vite (trop vite?) dans certains passages. Ça m’a donné par moment la sensation d’un manque de réalisme dans le décours des évènements et ça m’a dérangé particulièrement au début du roman.
  • Les dialogues. Je pense qu’en souhaitant mettre trop de mystère et en cherchant à perdre le lecteur en vue de le surprendre à chaque plot-twist, l’autrice a parfois frôlé le manque de cohérence dans les échanges de ses personnages. De nouveau, c’est surtout au début du roman que cela m’a dérangé. Par la suite, j’ai trouvé les dialogues plus compréhensibles et logiques, ce que j’ai du coup beaucoup plus apprécié!

 

En gros, vous l’aurez compris, malgré quelques points négatifs, ce roman a tout de même été une super lecture que je vous recommande fortement! Si vous aimez la fantasy, les dragons, les machinations mêlant mensonge et trahison, les plot-twist à vous retourner le cerveau et les histoires d’amour dosées comme il faut, The Last Namsara ne peut que vous plaire! Et pour ceux qui ne raffole pas de la VO, sachez qu’il est sorti en VF sous le nom de « Iskari: Asha, tueuse de dragons » aux éditions Gallimard, très récemment! Vous n’avez plus aucune excuse 😉

Une réflexion sur “#chronique: The Last Namsara de Kristen Ciccarelli

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s