#chronique: The Queen of Nothing de Holly Black

img_9472

 

Titre: The Queen of Nothing

Autrice: Holly Black

Edition: Hot Key Books

Lecture: en VO

Pages: 305

 

— RÉSUMÉ

Power is much easier to acquire than it is to hold onto. Jude learned this lesson when she released her control over the wicked king, Cardan, in exchange for immeasurable power.

Now as the exiled mortal Queen of Faerie, Jude is powerless and left reeling from Cardan’s betrayal. She bides her time determined to reclaim everything he took from her. Opportunity arrives in the form of her deceptive twin sister, Taryn, whose mortal life is in peril.

Jude must risk venturing back into the treacherous Faerie Court, and confront her lingering feelings for Cardan, if she wishes to save her sister. But Elfhame is not as she left it. War is brewing. As Jude slips deep within enemy lines she becomes ensnared in the conflict’s bloody politics.

And, when a dormant yet powerful curse is unleashed, panic spreads throughout the land, forcing her to choose between her ambition and her humanity…

— NOTE: 4/5

— CITATIONS

“It really is a magical word: no. You say whatever bullshit you want and I just say no.” — Holly Black

“Mock me all you like. Whatever I imagined then, now it is I who would beg and grovel for a kind word from your lips. » His eyes are black with desire. « By you, I am forever undone.” — Holly Black

“It’s you I love, » he says. « I’ve spent much of my life guarding my heart. I guarded it so well that I could behave as though I didn’t have one at all. Even now, it is a shabby, worm-eaten, and scabrous thing. But it is yours. » — Holly Black

“I think of his riddle. How do people like us take off our armor?
One piece at a time.” — Holly Black

“That boy is your weakness.” — Holly Black

“Come home and shout at me. Come home and fight with me. Come home and break my heart, if you must.” — Holly Black

— AVIS

Bon, je vous préviens, cette chronique s’annonce un peu chaotique vu que je ressors avec un avis assez mitigé d’une lecture que j’ai paradoxalement adorée. Vous sentez l’embrouille, pas vrai?

Mais bon, commençons par le début. Si vous me connaissez un peu, vous savez déjà que je porte un amour inconditionnel à cette saga. Les tomes 1 et 2 avaient été deux gros coups de coeur et j’avais eu une vraie révélation pour les aventures de Jude et Cardan. Et pas seulement pour leurs aventures d’ailleurs puisqu’ils sont rapidement devenus un de mes ship littéraires préférés. Sans parler de l’univers créé par Holly Black et de son talent évident pour les plots politiques et complexes, les complots saupoudrés d’une bonne dose de cruauté et les rebondissements en pagaille. Vous vous doutez bien, du coup, que j’attendais ce tome ultime avec énormément d’impatience. Mais voilà, tout ne s’est pas passé comme prévu.

94802545-ab66-41ba-bc1c-309967417e9e

Premièrement, j’ai trouvé ce roman très court pour une fin de trilogie. Non seulement cela m’a laissé avec un goût de trop peu mais j’ai également eu la sensation que la trame était par conséquent un peu précipitée et qu’on n’entrait pas suffisamment en détails dans certaines scènes et actions alors qu’elles auraient pu être étoffées. Ensuite, et c’est ce qui m’a probablement le plus manqué et dérangé au final, j’ai trouvé que l’intrigue manquait cruellement de ce qui en avait fait sa véritable force initiale pour moi: les jeux de pouvoir, les conspirations politiques et les retournements de situation à gogo. Qu’on s’entende bien, QoN n’est pas dépourvu de rebondissements, bien au contraire. Mais en comparaison aux tomes précédents, ils étaient malgré tout bien moins présents, époustouflants ou en tout cas marquants. Et pour finir, j’ai également trouvé que Jude, personnage ultra badass et qui me plaisait d’autant plus qu’elle était très souvent l’instigatrice de tous ces complots, était devenue très voire trop passive dans ce dernier tome. Sa personnalité et son mordant habituel m’ont manqué.

Mais à côté de tout ça, j’ai quand même dévoré ce roman. C’était toujours aussi addictif et haletant et même si l’intrigue s’est davantage penchée sur la relation de Jude et Cardan, je ne peux pas honnêtement dire que ça m’ait déplu. Je rêvais de voir leur romance approfondie et de ce point de vue là, je ne suis clairement pas déçue. A vrai dire, j’ai même toujours des coeurs dans les yeux en repensant à certaines scènes (chapitre 21, les vrais sauront). Mon âme de romantique a été comblée par cette lecture, c’est indéniable, et voilà entre autre les raisons qui font que, malgré tout, j’ai vraiment apprécié ma lecture et passé un nouvel excellent moment aux côtés de Jude et Cardan. Même s’il est vrai que j’aurais souhaité que le développement de leur relation se fasse moins au détriment du reste de la trame, hum.

Voilà qui clôture mon avis sur The Queen of Nothing et surtout sur cette trilogie qui m’aura fait rêver ces dernières années. En résumé, j‘ai passé un excellent moment dans cette lecture et j’ai refermé QoN le coeur très lourd malgré quelques fausses notes et faiblesses narratives. Cet univers et ces personnages me manqueront et il est plus que certain que je relirai ces 3 tomes un jour. Car bien qu’elle ait quelques défauts, elle reste une de mes favorites dans ce genre.

 

 

 

4 réflexions sur “#chronique: The Queen of Nothing de Holly Black

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s