#1 Writing Tips: Avant l’écriture…

Le mois de novembre marque toujours le début de l’annuel NaNoWriMo, un challenge d’écriture international durant lequel les écrivains qui le souhaitent se fixent l’objectif d’écrire 50000 mots en l’espace d’un mois. Je me suis dit que c’était par conséquent la meilleure occasion pour moi de vous partager quelques conseils d’écriture et de planification! Vous êtes partants?

Dans ce premier article, je vais vous parler des phases par lesquelles je passe inévitablement lorsque je me lance dans la création d’une nouvelle histoire. Il s’agit donc des phases précédents l’écriture à proprement parlé mais qui sont tout aussi importantes si l’on souhaite obtenir un résultat final cohérent et satisfaisant! Notez tout de même bien qu’il s’agit de ma méthode et que chacun possède généralement ses propres trucs et astuces. Certaines choses vous parleront peut-être, d’autres non, le but ici est de vous partager mon expérience et non de vous présenter une démarche qui se voudrait absolue ou exclusive. Libre à vous de créer votre propre méthode, c’est même chaudement recommandé car l’important, c’est ce qui fonctionne pour vous!


LES THÈMES

Il s’agit toujours de la première étape pour moi et la question est toujours la même: de quoi ai-je envie de parler? La recherche des thèmes est la meilleure façon de vous interroger sur ce que vous avez envie de raconter. Généralement, je pars de sujets qui me tiennent personnellement à cœur ou d’expériences que j’ai envie de partager. Je me pose un moment devant un de mes carnets et je liste toute une série de thématiques qui me viennent en tête. Certaines idées se recoupent et s’assemblent, d’autres ne font pas encore suffisamment sens ou ne me permettent pas d’imaginer suffisamment de matière. Mais à un moment donné, je vois des liens potentiels entre certains des thèmes que j’ai écrit dans ma liste et tout part de là. Je me demande alors de quelle façon il serait intéressant de mettre ces sujets en valeur et c’est comme ça que les prémices d’une histoire me viennent.

Par exemple, si j’ai décidé de parler de deuil dans mon récit, je me poserais les questions suivantes:

  • Quel type de deuil? (c’est à dire comment est-ce que je veux qu’il soit traité par mes personnages: compliqué, résolu, déni, etc.)
  • Quel type de perte? (un membre de la famille, un ami, un conjoint, un enfant, etc.)
  • Quel type de mort? (un suicide, un accident, une maladie, etc.)

À partir de toutes ces questions, j’obtiens une idée plus précise de ce que je veux raconter et par conséquent, de comment je veux le raconter. Et une fois cela en tête, je peux continuer à avancer.


L’ARÈNE

Une fois que je suis fixée sur mes thèmes et sur ce que j’ai envie de raconter, il est temps de passer à l’arène. J’ai généralement une idée bien précise avant de commencer et ce sont souvent des choix très personnels puisque nous aimons globalement tou.te.s inscrire des histoires dans des lieux qui nous inspirent ou qui nous font rêver. Par conséquent, vous aurez certainement rapidement une idée de l’endroit, de la ville ou encore du pays dans lequel vous avez envie de développer votre intrigue. La seule question à vous poser à ce moment-là est: est-ce que cette arène convient à ce que je veux raconter?

Dans mon dernier roman par exemple, je voulais que l’atmosphère de mon livre corresponde au processus de deuil que j’allais mettre en avant et décortiquer dans l’histoire. Je voulais donc que mes personnages évoluent dans une atmosphère solitaire, nostalgique et mélancolique. C’est pour cette raison que j’ai choisi d’opter pour une petite ville en plein cœur de la nature en Colombie-Britannique plutôt que pour une grande métropole ou un campus universitaire par exemple.

De nouveau, interrogez-vous sur la pertinence de votre arène par rapport aux thèmes que vous souhaitez aborder. Et si vous pensez avoir trouvé le lieu parfait pour mettre le plus en valeur vos propos alors vous êtes prêt.e.s pour l’étape suivante!


LES PERSONNAGES

La création des personnages, c’est un des moments les plus importants mais c’est aussi et surtout le plus compliqué. Au-delà des thèmes et de l’intrigue, il s’agit du véritable socle de votre récit, de ce à quoi s’identifiera le plus vos lecteurs et par conséquent, il faut y accorder du temps. Sachez que le travail sur les personnages ne s’arrêtent jamais vraiment. Personnellement, je commence toujours une histoire avec la personnalité de mes héros bien en tête mais ils parviennent toujours à me surprendre à un moment ou l’autre. Du coup, oui, il faut prendre du temps pour les penser avant de se lancer dans l’écriture mais ne leur créez pas non plus des intériorités figées. Parfois, en cours de route, vous vous rendrez compte que certains traits de leur caractère sont à nuancer ou à retravailler et ce sera tout à fait normal de le faire.

Pour ma part, je me crée des fiches. Une pour chaque personnage qui a vraiment un rôle important dans l’histoire, c’est à dire les principaux mais également certains secondaires si j’estime qu’ils sont cruciaux au développement de l’histoire. Dans vos fiches, posez-vous les questions suivantes:

  • Quelle est la personnalité globale de mes personnages? (traits de caractère, comportements, etc)
  • Quelles sont leurs qualités/défauts?
  • Quelles sont leurs forces/faiblesses?
  • Comment réagissent-ils dans telles ou telles situations?
  • Quels sont leurs liens avec les autres personnages?
  • Quel est leur passé/backstory et comment explique-t-il ce qu’ils sont maintenant?

Et bien sûr le plus important:

  • Quel est leur(s) but(s) dans cette histoire et comment vont-ils l’atteindre?

Donner un ou plusieurs objectifs à ses personnages principaux est primordial si l’on souhaite pouvoir leur offrir un développement digne de ce nom. Et c’est là que la question des thèmes revient en jeu. Vous avez déterminé plus haut ce que vous désirez raconter et vos personnages vont être votre moyen de raconter cette histoire. Il faut par conséquent que vous vous demandiez de quelle façon vous voulez que vos personnages s’approprient les thèmes et de quelle façon vous allez les écrire et les développer pour exprimer le mieux vos intentions de base. Pensez à rendre l’intériorité de vos personnages aussi prenante et complexe que votre intrigue. De cette façon, leur développement pourra être d’autant plus intéressant, ce que les lecteurs adorent en règle générale.


LES MOMENTS CLÉS ET OBJECTIFS

Une fois que vous avez vos thèmes, une arène et une première idée globale de vos personnages, c’est le moment de se poser un peu pour réfléchir aux moments clés de votre histoire. Personnellement, je passe toujours par cette phase avant de me lancer dans mon plan plus complet car cela me permet de vraiment faire le point sur les étapes que je veux absolument placer dans mon récit.

Par exemple, si j’ai décidé de traiter de l’estime de soi et que je veux qu’à la fin du roman, mon personnage principal soit passé de zéro confiance en lui à full confiance en lui, je vais m’interroger sur les étapes qui vont le conduire à ça de manière à rendre son développement crédible. Très basiquement ça donnerait quelque chose comme: (1) je dois montrer au début du roman que ce personnage n’a aucune confiance en lui et souffre de problèmes d’estime, (2) vers le milieu du roman, je dois commencer à montrer qu’il est en train de s’affirmer et (3) à la fin du roman, ça y est, il s’est pris en main et il respire l’assurance. Je schématise très fort ici (il peut bien entendu avoir beaucoup plus d’étapes dans le roman montrant le développement de ce personnage) mais l’idée d’un crescendo est là. Maintenant, il ne reste plus qu’à traduire ces étapes en scènes et c’est là que toute votre imagination entre en jeu ainsi que ce que vous avez déjà décidé concernant l’arène. Vous savez que votre personnage doit passer par ces moments-clés pour que son évolution ait du sens, plus qu’à imaginer les meilleurs scènes qui permettront de traduire au mieux ces étapes « pivots » et qui surprendront le plus vos lecteurs!

NB: ici je vous ai présenté un développement positif, mais rien ne vous empêche d’appliquer cette méthode à des développements négatifs et surtout, n’oubliez pas d’accorder du temps à vos antagonistes! Les meilleures « héros » le sont souvent parce qu’ils sont confrontés aux meilleurs « méchants »!


LE PLAN

Étape finale pour moi avant le grand saut dans l’écriture: un plan chapitre par chapitre! Bon, je mens un petit peu. En général, je commence à écrire une fois que j’ai au moins la moitié de ce plan car il est souvent difficile de se projeter tout de suite aussi loin. Mais ce qui est absolument primordial à mes yeux, même si vous n’avez pas encore une idée hyper précise de ce qui se passera dans la seconde partie du roman, c’est d’en connaitre la fin. Ne pas avoir de fin en tête signifie que vous n’avez probablement pas suffisamment réfléchi aux objectifs de vos personnages, que vous ne savez pas comment leur développement va se terminer, etc. Sans fin, impossible donc de savoir où vous allez. Et c’est le meilleur moyen de se retrouver avec un manuscrit empli de longueurs et d’incohérences (je vous parle ici en vraie connaissance de cause).

Après, notez-bien qu’un plan ne signifie pas « pas de liberté ». En cours de route, si vous sentez qu’une scène ne fonctionne pas, n’hésitez surtout pas à la changer. Ce sont d’ailleurs certainement vos personnages, qui se seront bien précisés à ce moment-là, qui vous feront comprendre que certaines choses que vous aviez imaginées ne correspondent plus à ce qu’ils vivent. Le plan, en tout cas de mon point de vue, n’est pas la pour vous brider mais pour vous donner une direction. Une direction qui vous permet de garder le cap et de ne pas perdre de vue le sens que vous voulez donner à votre histoire mais qui ne vous empêche pas non plus d’opter pour un autre chemin en cours de route.


UN PETIT MOT POUR LA FIN?

Je rappelle que tout ce que je viens de vous raconter n’est absolument pas une injonction à suivre à la lettre. Vous seul.e.s pouvez déterminer ce qui fonctionne ou non pour vous mais si mon expérience et mon processus peuvent vous apporter quelques pistes alors n’hésitez pas à vous en servir. Gardez seulement en tête que l’écriture doit rester avant tout un plaisir et que chacun.e évolue à son rythme. Écrivez ce que vous auriez envie de lire en tant que lecteurice, ne vous comparez pas et surtout: AMUSEZ-VOUS!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s